Demain c'est la fête des voisins

Publié le par Marysia


J'ai reçu dernièrement un courrier d'un de mes voisins qui me proposait de me joindre à la fête des voisins organisée dans mon quartier;

J'habite une cité de maisons mais je ne connais personne. Tout juste mes voisins proches. L'idée de me réunir dans la rue avec des gens que je ne connais pas ne m'emballe pas trop.

Je fais certainement partie des personnes méfiantes et j'hésite toujours a cotoyer mes voisins. Nous voyons trop de personnes en guerre et le soucis c'est que nous sommes obligés de vivre les uns près des autres.

Celà fait 8 ans aujourd'hui que j'habite dans ma maison et je n'ai aucun problème de voisinage. Je reste convaincue que c'est surtout par le fait que nous nous cotoyons peu, un peu de dépannage de sel ou de sucre de temps en temps ou de renvoi de ballon tombé accidentellement dans le jardin de l'autre.

Alors, d'où vient cette fête ?

Elle a été créée par Atanase Périfan en 1999.

Voici un de ses articles

fete_des_voisins.1242726409.jpg

INTERVIEW AUDIO. Mardi, c’est la “fête des voisins”. On a rien contre ce grand moment de convivialité de quartier. Mais saviez-vous que cet évènement étant une marque déposé, son usage est strictement protégé. De la convivialité assistée par le marketing ? Evidemment, la fête entre voisins marche aussi sans copyright. Modes d’emploi.

“Si vous faîtes ça, vous êtes hors-la-loi !” Voilà ce qu’une petite commune de moins de 10 000 habitants s’est vue répondre à l’éventualité d’organiser des fêtes dans ses quartiers sans débourser  900 euros à l’association “Immeubles en fête”.

Contre cette somme forfaitaire, ils fournissent affiches et ballons, aux couleurs des marques partenaires (Carrefour, la fondation Nestlé, le Ministère du Logement…). Plus la commune est grosse, plus c’est cher. Idem pour les bailleurs sociaux. Alors comme ça, parce qu’une marque a été déposée, il devient illégal de faire la fête entre voisin ? On avait connu mieux comme incitation à la sociabilité de voisinage.


La force de frappe de la com’, ça a en effet un prix.
Et croire que l’on peut s’en passer aujourd’hui, ce serait ignorer la réalité. Pour “immeubles en fêtes”, c’est une manière de regarder le problème du manque de lien social en face et de le contrer avec efficacité.

Selon Atanase Périfan, les villes qui pratiquent la fête des voisins de manière “pirate” finissent par le comprendre.


medium_fete_des_voisins_2.1242726400.jpg

L’option “neighbour free party”

Mais évidemment, n’en déplaise à “Immeuble en fête”, la plupart des voisins-voisines ignroent largement tout ça et profitent de cette date pour organiser des fêtes à la bonne franquette.

Alors, pas besoin d’une marque déposée pour faire la fête ? Atanase Périfan


Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hector 26/05/2009 18:45

La fameuse fête des voisins... en voila une belle invention!!! On se sourit le temps d'un Barbecue,pour mieux se critiquer dès le lendemain!!!
Enfin, une invitation peut être d'un couple que tu ne connais pas et qui pourrait être l'exception à la règle...
A bientôt...

Marysia 26/05/2009 19:57


Je suis passée tout à l'heure devant la tente dressée pour l'occasion. J'ai été surprise par le nombre de voisins qui ont répondu présents. Alors je vais peut-être réfléchir pour l'année prochaine.