Connaissez-vous Paolo DOSS

Publié le par Marysia

J'ai eu le bohneur d'assister à une représentation l'année dernière de Paolo DOSS au théatre de Compiègne.

Cet artiste qui se définit comme un clown est bien plus que celà. C'est un homme hors du commun. Il manie incroyablement les mots. Lorsqu’on l’écoute, on tombe inévitablement sous le charme de ce poète . Dans son spectacle "Rêve d’Ange heureux", il met en scène la vie . Tout est en rimes,  et nous sommes paradoxalement tentés de passer du rire au larmes.

Julos Beaucarne écrivait ceci de Paolo Doss.

"Si vous avez des roses à me donner, donnez-les moi de mon vivant".
Paolo Doss comme vous allez le voir, est bien vivant, il est fait de chair et d'os, il crépite de tout son corps, et de toutes ses dents, sa langue n'est jamais en repos, son corps est en gesticulance.
Paolo Doss dose le rire et ose le tragique, le tendre, le pathétique,ses outils sont les mots, la musique, le grognement, le gloussement,le claquettement, le sifflement, les claquettes ou le "stepett" aux pattes,
toutes ses sorties verbales, musicales, tout son "tchatchage"nous entraînent dans le mouvement progressif du plaisir.
Ce voyageur textuel joue de tous les registres, il croit comme moi que les mots sont très sympathiques et gagnent à être connus, il a un accent bien particulier, vous savez bien l'accent, c'est tout un pays qui sort d'une bouche, il roule les R et il n'a pas l'air de le faire exprès.
Il ne peut pas trahir ses origines car il vient d'Italie, il est à lui tout seul une manière " d'Italie qui descendrait l'Escaut" et en plus, à ce que disent ses volubiles biographes, il viendrait aussi de toutes les Egyptes, il serait donc en même temps jocondiaque et pharaonesque.
Un tantinet commedia dell'Arte, à quoi se mêlerait quelque mystère pyramidal. Les prestations de ce multi-ethnique d'origine, originaire de toutes les directions de la rose des vents, ses prestations sont terriblement teintées de belgitude, ses performances tiennent de la magie et de la sortie clownesque. On a dit qu'il était un clone du clown Grock, de Chaplin, de Sol, de Dimitri; tout cela est faux, il est juste le clone de lui-même, il devient simplement ce qu'il est, il est juste attaché à la glèbe de ce pays où le hasard l'a poussé.
Pour les enfants de la nuit, il est l'hirondelle qui annonce le printemps car il joue devant les enfants malades de ces maladies qui vous mettent en joue et vous clouent au lit au moment même où l'enfance ne rêve que de jeux, que de balades, que de sorties pour toucher l'air.

Pour résumer l'irrésumable, Paolo serait donc un actif activeur de particules, un cultivateur d'hectares de mots, un ranimeur de conscience,un ouvreur de voies, un compagnon de la fraîcheur première de l'enfance qui, l'air de rien, jetterait dans les oreilles des assoupis des bombes à retardement.
Sur scène, il est seul comme devant la mort, et il fait monter sur les planches toutes les étoiles du firmament, il s'adresse aux cieux, à Dieu, à toi, à vous, à nous, il nous fait jouer avec l'inconnaissable, l'invisible.
Le saltimbanque parle de la banquise que sont les banques, il parle de la banqueroute humaine de l'économie mondiale, il parle de l'égologie que devrait devenir l'écologie. Il ouvre toutes grandes les portes pour faire entrer les anges, il sort de scène et revient Ensor.Tous ses personnages ne sont pas tombés sur leur langue, ils sont aussi volubiles que des volubilis, la scène est libre au gré des fictions, rien dans les mains, rien dans les poches, l'acteur-clown n'a d'autre ressource que lui-même, il met le rire au monde chaque jour, il exorcise la mort quotidienne et sauvage, celle des enfants cancéreux et celle des enfants de Grozny victimes de la guerre, il exorcise la mort quotidienne qui attend à la porte de tous les âges avant 7ans puis de 7 à 77 ans et même après. Mais il faut faire une fin et ouvrir le rideau fictif de cette scène imaginaire et vous présenter en chair et en os le saltimbanque Paolo Doss.

Retrouvez le site officiel de Paolo DOSS

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article