Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'en est-il du BEP ?

Publié le par Marysia

Mon fils est actuellement en première année de BEP chimie et j'ai reçu hier un dossier de réorientation.
Alors je me pose la question, comment celà va-t-il se passer pour lui l'année prochaine. Que va devenir et a quoi le BEP pourra lui servir si on le supprime.
L'année prochaine, il va entrer en seconde année avec l'examen en fin d'année. Et ensuite.. pourra-t-il intégrer une première pro sachant que les secondes filière pro auront déjà commencées depuis un an. Est-ce que tout ce petit monde va pouvoir se retrouver en même temps en première. Y aura-t-il assez de place pour tout le monde ? Comment les profs vont ils faire avec des élèves de deux horizons différents ?
Pour l'instant je n'ai rien trouvé de très précis sur cette nouvelle réforme hormis quelques articles que vous trouverez ci-dessous.

Un bac pro en trois ans, la suppression des BEP… qu’est ce qui change pour les lycéens professionnels ? Retour sur quelques questions clés pour bien comprendre la réforme.

Réforme du bac pro : qu’est-ce qui change ?

 

Jusque-là, le baccalauréat professionnel se préparait en deux années après un BEP et plus rarement après un CAP. Il fallait donc quatre ans (2+2) pour l’obtenir, soit une année de plus que pour un bac général ou technologique.

Avec la réforme, les deux années de BEP sont remplacées par une seconde professionnelle dont le contenu est réaménagé sur la base des programmes des BEP. Seuls 4 BEP ne sont pas concernés à la rentrée 2009. Le parcours en trois ans supprime donc un pallier d’orientation.

76 bacs professionnels en trois ans
sont accessibles à la rentrée 2009. Pour 55 d’entre eux, des secondes professionnelles sont communes à plusieurs bacs. Par exemple, un jeune inscrit en seconde professionnelle "Métiers des services administratifs" peut en théorie se diriger vers le bac pro secrétariat ou le bac pro comptabilité. 17 classes de seconde de ce type sont mises en place à la rentrée 2009 (19 en 2010).

Par ailleurs, 21 bacs pro forment un bloc unique de la seconde à la terminale.
Selon le ministère cette spécialisation progressive devrait diminuer le nombre d’abandons en cours de formation. Dans les faits, les établissements ne permettent forcément à leurs élèves de faire un choix entre plusieurs bacs pro.

Réforme du bac pro : que va t'il se passer à la rentrée ?


La Réforme de la voie professionnelle, engagée en 2007 et conduite par le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, avance discrètement mais à grands pas. Expérimentée en 2008, elle sera généralisée à tous les élèves dès la rentrée 2009.

Destinée à élever le niveau de qualification des élèves, en conduisant un plus grand nombre d'entre eux au baccalauréat professionnel, cette réforme prévoit d’aligner le cursus du lycée professionnel sur celui du lycée général et technologique, soit en trois ans (seconde, première et terminale professionnelles) au lieu de quatre (deux ans de B.E.P. suivis de deux ans de bac pro).

Les grands principes de la rénovation de la voie professionnelle

La rénovation de la voie professionnelle vise à augmenter le niveau de qualification des jeunes à leur sortie du système de formation et à limiter les sorties précoces du système éducatif, à travers trois mesures phares:

  • Faciliter l'accès au baccalauréat professionnel en proposant un parcours en trois ans après la troisième, soit sous statut scolaire soit par l'apprentissage.
  • Assurer à tous les élèves un diplôme de niveau V minimum par une certification intermédiaire dans le parcours et une offre accrue de CAP.
  • Garantir la poursuite d’études grâce à des passerelles facilitées entre les parcours.

Ainsi, les élèves seront désormais confrontés, à la fin de la troisième, au choix d'un parcours parmi trois:

  • un parcours en trois ans conduisant au diplôme de niveau IV, le baccalauréat professionnel,
  • un parcours en deux ans conduisant au diplôme de niveau V, le CAP,
  • un parcours en deux ans pour quatre spécialités de BEP.

Chaque parcours pourra s'effectuer sous statut scolaire ou par apprentissage.

Le parcours en trois ans

Le parcours en trois ans se composera d'une 2nde professionnelle, d'une 1ère professionnelle et d'une terminale professionnelle. Les enseignements seront basés sur la maîtrise de techniques professionnelles (travaux pratiques en atelier ou en classe, stages en entreprise) et comprendront également des enseignements généraux (histoire-géographie, éducation civique, mathématiques etc.). A cela s'ajoutera, un temps (2, 5 h par semaine) consacré à l'accompagnement personnalisé de chaque élève.Sous statut scolaire, la durée horaire totale se composera de 1152 h en centre de formation, 770 h en milieu professionnel. Sous statut d’apprenti, elle comportera 1850 h en CFA.

Le parcours proposera 75 spécialités de baccalauréat professionnel. En seconde, 55 d'entre elles seront rattachées à 19 champs professionnels. Ceux qui suivront le parcours en apprentissage, devront choisir leur spécialité dès la première année.

Pour certaines spécialités, une évaluation de l'enseignement de L.V.2 deviendra obligatoire.

Le C.A.P.

Désormais, les B.E.P. et les C.A.P. seront construits comme une offre de formation intermédiaire. Le C.A.P. sera maintenu en sa forme actuelle, c'est-à-dire sur deux ans, pour les élèves désireux de s'engager dans une filière courte dotée d'une forte employabilité. Les élèves de seconde professionnelle pourront rejoindre la seconde année du C.A.P. s'ils ne souhaitent pas aller au bout du cursus de préparation au bac pro. La réforme aura peu d'impact sur ce diplôme: les programmes et modalités d'organisation de certification seront maintenues en l'état.

Le titulaire d’un CAP pourra rejoindre le cycle de baccalauréat professionnel en trois ans, au niveau de la 1ère professionnelle. Il bénéficiera alors d’un accompagnement personnalisé pour faciliter son insertion.


Le B.E.P.

La réforme prévoit également de remplacer les deux années de B.E.P. par une seconde professionnelle (qui ouvrira sur différentes spécialités de baccalauréats professionnels) à l’exception de quatre spécialités : "Carrières sanitaires et sociales", "Conduite et service dans les transports routiers", "Métiers de la restauration et de l'hôtellerie" et "Optique lunetterie". Ces dernières seront maintenues seulement à titre transitoire, dans l'attente de la mise en place des baccalauréats professionnels correspondants.

Les titulaires de BEP acquis sous le régime précédent conserveront leur diplôme et auront la possibilité de poursuivre des études en baccalauréat professionnel, en intégrant le cursus de formation en 1ère professionnelle ou en demandant leur admission en 1ère technologique.

La création de passerelles

Enfin, des passerelles permettant une adaptation des parcours seront organisées entre les voies générale, technologique et professionnelle ainsi qu’entre les cycles de la voie professionnelle.



Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article